Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 15:21

Le Festival de Cannes récompense un film qui fait l’apologie du lesbianisme avec une mineure

La vie d’Adèle, Chapitre 1 et 2, d’Abdellatif Kechiche, vient de remporter la Palme d’or du Festival de Cannes 2013. En plein débat français sur la dénaturation du mariage, qui suit lui-même une offensive commencée il y a plusieurs décennies pour banaliser et normaliser le comportement homosexuel, le jury que présidait cette année Steven Spielberg récompense donc un porno lesbien de trois heures mettant en scène une mineure (dans le film). Un hasard, sans aucun doute !

Source : par Eric Martin sur http://www.ndf.fr

Point de vue et commentaires :

«Le Festival de Cannes récompense un film qui fait l’apologie du lesbianisme avec une mineure» Donc je considère qu'il fait l’apologie de la pédophilie… C'est mon droit (au nom du droit de ma liberté de penser) non ?

«Convictions politiques, religieuses ou morales ne sont pas des bases acceptables de jugement lorsqu’il est question d’art.»

Alors çà relève de la dictature s’il faut penser comme le courant du moment ! Et le courant du moment est en faveur de l’homosexualité, de la théorie du genre et de l’endoctrinement des enfants pour les engager à des relations sexuelles avant leur majorité !

Il y a là, acculturation d’un système.

Alors, c’est de l’art ? Et l’homosexualité, c’est de l’amour ? Donc à ce titre, tout est permis bien sûr.

A l’école (publique ça va de soi), on m’a bien enseigné combien la censure était une abomination. Sauf qu’on l’a remplacée par bien pire : la pensée unique.

Ainsi, quand quelqu’un pense de travers, c’est un fasciste mais à part ça, plus de censure. Quel grand progrès pour la liberté et surtout pour l’art.

Sauf qu’aujourd’hui, on ne sait plus faire une œuvre d’art sans choquer. Il faut encore et toujours transgresser. C’est très violent pour certains d’entre nous (mais l’artiste s’en moque : c’est lui qui détient la sensibilité).

Alors ce type d’art, c’est comme une cigarette : lorsqu’on en a fumé toute sa vie, il y a un moment où on dit STOP. Et la cigarette devient interdite presque partout !

Ça s’appelle le ras-le-bol.

Alors finalement, la censure, c’était peut-être pas si nul que ça si on y réfléchi bien non ?

La majorité dite «sexuelle» est actuellement légalisée à 15 ans autant pour une jeune fille que pour un jeune homme. Cela signifie que hors plainte de la part de la ou du mineur pour viol, violence ou abus par surprise etc. : il y a une présomption de consentement.

Cet état juridique peut être critiqué sous différents aspects mais il est manifestement consensuel au niveau des politiciens depuis une trentaine d’années.

C’est sous Mitterrand 1er que ce seuil de 15 ans a été accordé aux pratiques homophiles (ou homo-tropes) à la demande de groupes marginaux de pression qui s’agitaient depuis une décennie avec des temps forts vers 77-79.

Voir notamment les pétitionnaires dont toute une galerie de démolisseurs 68-hards, document bien connu … Ces pseudo-progressistes entretenaient délibérément une ambigüité sur cette notion critique d’âge car les plus malades-exaltés salivaient sur de plus jeunes donc dans le domaine incontestable du militantisme pro-pédo.

Il y avait notamment l’ex-interné à Ste-Anne Michel Foucault et son giton philo de Vincennes Hocquenghem (tous 2 rattrapés par leur sida) et puis ce juriste nantais qui fut un temps président du SAF équivalent d'un avocat du SM comme son sigle sado-maso l’indique : consulter :

http://foucault1978.blogspot.com/2007/07/pudeur.html effrayant mais à lire .....

avec notamment cet extrait significatif sans ambigüité :

"On considère qu’il y a une présomption de non consentement, une présomption de violence, même dans le cas où on n’a pas pu inculper d’attentat à la pudeur avec violence; dans le cas où on s’est rabattu sur le texte de l’attentat à la pudeur sans violence, c’est à dire du plaisir consenti. Parce qu’attentat à la pudeur sans violence, il faut bien dire que c’est la traduction répressive et juridique du plaisir consenti. Il faut bien voir comment on manipule le système des preuves; de façon inverse dans le cas du viol de femmes et dans le cas de l’attentat à la pudeur pédophile".

Dès le début des années 70 le cinéaste très réputé Louis Malle avait signé une apologie hypocrite de l’inceste mère-fils (fils paraissant imberbe à guère plus de 14 ans…) : « Le souffle au coeur ».

Auparavant sous un régime de majorité sexuelle à 21 ans, l’inénarrable Simone de Beauvoir attirait ses lycéennes dans son lit avant de les refourguer à Sartre dans l’immédiat avant-guerre, ce dont a témoigné Bianca Lamblin dans « Mémoires d’une jeune fille dérangée ».

Une excellente plume de la littérature, Colette, avait été explicite voire cynique dans « Le blé en herbe » d’où un film qui montre bien un ado de moins de 21 ans (entre 2 guerres).

De tous temps, plus ou moins marginalement, des pratiques saphiques et pédérastiques se sont attaquées à des mineurs , mais ceci dit sans vouloir banaliser et agréer !

Le vrai problème est que ce fut toujours cantonné à des marges (aristos décadents, sectes occultes, nanocosmes cultureux et en-cul-turés, etc.), alors que nous assistons à présent à une véritable orchestration avec de richissimes intérêts mercantilistes à la baguette : l’argent apatride ne table plus sur la puissance de travail digne en Europe et Amériques, mais sur la commercialisation cynique de «nouveaux désirs et plaisirs pour tous»

L'avenir de notre société me parait, hélas, bien sombre ....

Le 27 mai 2013

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -