Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 11:30

Pitoyable Mélenchon, ce produit des médias, révolutionnaire de salon, se voyait en haut de l'affiche .Il termine sa campagne sur l'estrade du condamné devant quelques personnes.

Pitoyable fin pour cet individu gorgé de haine et violence envers ses adversaires et même ses ex-amis socialistes.

Il faut y ajouter la malhonnêteté de la presse, car depuis que Mélenchon s'est porté candidat contre Le Pen à Henin-Beaumont il ne s'est pas passé un seul jour sans que les journalistes n'annoncent sa victoire.

C'était sans doute de leur part davantage un vœu pieux que le résultat d'une analyse objective.

Questions : où est le travail journalistique dans tout cela ? Qu'ont-ils fait de leur sacrée-sainte déontologie ? Jetée aux orties, n'en doutons pas ...

Il n'aurait jamais du se présenter face à Marine Le Pen mais à Montreuil sous bois ou dans une de ces grandes villes où aucun ouvrier n'est inscrit, sa clientèle est faite de riches et snobs Bobos qui prennent leur double-baby au restaurant "La Cantine" avec Libé ou Le Monde sous le bras et fréquentent les expo d'art moderne avec un air entendu et des copains frimeurs !

Retour de bâton, car Mélenchon, avait selon ses dires "dégagé", le Président Sarkozy....

A son tour donc de dégager du paysage politique français, une telle défaite sonnant le glas de sa crédibilité et de ses discours haineux, dans les campagnes électorales.

Vox populi, vox dei ! Mélenchon n'est pas un homme sérieux, mais un fanfaron, un amuseur public. Marine Le Pen l'a fait tomber rien que d'un seul souffle.

Bref, le FDG n'est pas assuré de conserver son groupe à l'Assemblée Nationale !

Après la présidentielle, Mélenchon a donc une nouvelle fois perdu son combat face à Marine Le Pen aux législatives alors que le Front de gauche, avec 7,5 à 8% des voix selon les estimations, n'est pas assuré de conserver son groupe à l'Assemblée.

Tous les yeux étaient tournés vers Hénin-Beaumont où l'ex-candidat à la présidentielle se confrontait à la présidente du FN et au PS Philippe Kemel.

Le coprésident du Parti de gauche qui avait déjà raté son duel face à Mme Le Pen à la présidentielle (11,1% contre 17,9%) faisait grise mine en reconnaissant sa défaite.

L'eurodéputé, qui ne pouvait pas se maintenir au 2e tour, a, entre les lignes, souhaité la victoire de la gauche, "même si Martine Aubry" a dit n'avoir "besoin de personne" pour l'emporter ici, a taclé l'ex-sénateur PS. Et de prévenir que "la partie est très sévère" au second tour, Mme Le Pen dépassant les 40%.

Accusant visiblement le coup, il a appelé ses troupes à "ne pas se laisser abattre", tout en disant avoir "le cœur paisible". Marie-George Buffet (PCF) lui a dit "merci" pour avoir mené "un combat sur les valeurs" (Quelles valeurs ?)

"On rate à très peu, c'est infime", a déploré Eric Coquerel (PG) qui accuse le PS de "continuer à considérer qu'il est plus utile de nous affaiblir que tout autre chose", après les visites sur place de Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault.

Globalement, avec 7,5 à 8%, le FG (16 sortants PCF et apparentés, 3 Parti de gauche) fait moins bien qu'à la présidentielle. Pour Stéphane Rozès (Cap conseil), c'est un "score en demi-teinte" : "décevant par rapport à la présidentielle mais en progression par rapport aux législatives 2007".

A la présidentielle, explique le politologue à l'AFP, "Mélenchon avait récupéré l'électorat d'extrême gauche" (NPA et LO).

En 2007, les communistes et l'extrême gauche avaient obtenu presque 8% dont 4,3% pour le seul PCF. Et contrairement à 2012, leur score avait progressé de la présidentielle (1,93% pour Marie-George Buffet) aux législatives "par l'effet bastions communistes".

"On a une érosion" mais "il faut attendre" de voir le nombre de députés FG au soir du 17 juin, souligne M. Coquerel dont le PG devrait voir réélu Marc Dolez (Nord) alors que Martine Billard a perdu son siège à Paris.

Pour Pierre Laurent, numéro un du PCF, le résultat global "confirme l'ancrage national" du FG "qui est à nouveau la seconde force de la gauche", devant EELV, comme aux régionales.

En projection de sièges, le FG, qui se veut en "autonomie conquérante" vis-à-vis du PS à l'Assemblée, obtiendrait de 13 à 20 élus selon les sondeurs (15 élus nécessaires pour un groupe). Une réunion de coordination du FG doit se tenir lundi.

Enfin, comme un symbole de cette chute, Roland Muzeau, porte-parole des députés FG, est devancé dans les Hauts-de-Seine par le socialiste Alexis Bachelay.

Ne pas oublier que le FDG et les autres partis d'extrême gauche ne peuvent mener le pays que vers une dictature type Corée du Nord, donc vers une guerre civile (printemps français ?) comme des pays comme la Tunisie, la Lybie et la Syrie pour ne citer que ceux là (le fameux printemps Arabe).

Mélenchon n'est autre qu'un dictateur en herbe, ce qui ne le rend que plus dangereux !!

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin - dans Politique
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -