Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 12:42

Je reprends, avec un intérêt certain, un article publié par "Le Cri du Contribuable". Je vous conseille l'achat de leur livret que j'ai pour ma part commandé en ligne sur leur site.

Bertrand Delanoë, le maire PS de Paris a organisé, le 11 octobre dernier, une soirée-hommage en l’honneur d’Henri Krasucki (secrétaire général de la CGT de 1982 à 1992). Seul, ou presque, à protester : Jérôme Dubus, conseiller UMP de Paris. Il dénonce les complaisances dont jouit la CGT dans la capitale … et ailleurs.

Pourquoi avoir déclenché une polémique au sujet de l’organisation par la Mairie de Paris, (voir le carton d’invitation), d’une réception en l’honneur d’Henri Krasucki ?

Il y a deux raisons. La première, c’est le personnage lui-même. Henri Krasucki, il faut s’en souvenir, a été un secrétaire général de la CGT extrêmement sectaire aux ordres d’un Parti communiste qui ne l’était pas moins et qui, faut-il le rappeler ?, était encore aligné, à cette époque, sur l’URSS. La seconde, c’est l’attitude dispendieuse de la Ville : doit-elle dépenser ainsi l’argent des contribuables ? C’est en effet une première : jamais un dirigeant syndical n’a été honoré de la sorte par la Mairie de Paris.

Sur le personnage Henri Krasucki, quel est votre jugement ?

Je ne reviens par sur son idéologie ni sur ses liens avec Moscou. Pour parler simplement de son bilan à la tête de la CGT, il fut l’homme de toutes les glaciations sociales. C’est à lui, et à d’autres, que l’on doit la persistance de nos pesanteurs administratives et l’impossibilité de réformer notre économie. Outre la part qu’il a prise dans nos terribles retards, que nous payons aujourd’hui, Henri Krasucki, c’est aussi une stratégie : celle de la grève violente. De la paralysie du pays. Je ne vois donc rien, ni dans son parcours (excepté son passé de résistant et de déporté, mais pas plus que des milliers d’autres) ni dans son bilan, qui mérite d’être honoré. Krasucki a coûté des milliards à l’économie française. Son action a affaibli et appauvri notre pays.

Le communiqué hostile à cette réception que vous avez publié vous a pourtant valu une sévère volée de bois vert…

C’est très révélateur : aujourd’hui encore, malgré sa perte d’influence, la CGT reste une « icône » à gauche. J’ai mesuré aussi, à travers les réactions, les liens toujours étroits entre la CGT et le Parti communiste : dès le lendemain de mon communiqué, c’est L’Humanité qui a été la première à déclencher les hostilités, me qualifiant de représentant de la « droite antisociale ». Bref, « critiquer un ex-dirigeant de la CGT = être antisocial ». J’ajoute qu’au Conseil de Paris, pas un Vert ni un socialiste dit « modéré » n’a protesté contre cet hommage. Il y a une raison à cela : Delanoë veut absolument chouchouter son aile gauche, donc il chouchoute la CGT.

Vous avez reçu une lettre de Pierre Krasucki, le fils d’Henri…

Oui. Sa lettre est d’un incroyable sectarisme, bien à l’image de l’action d’Henri Krasucki et des méthodes du Parti communiste, dont est membre Pierre Krasucki. Il choisit d’abord l’insulte, en affirmant que je suis « aveuglé par [mon] esprit partisan » et que j’ai « sali la mémoire » de son père. Puis il me fait l’habituel procès du « Henri Krasucki était résistant, si vous êtes contre lui c’est que vous êtes anti-résistant ! ». Il termine enfin sur de grandes envolées lyriques à la gloire de son père mais aussi, dans un curieux raccourci, de « l’héritage de 1968 ».

Comment expliquez-vous que si peu d’élus de droite du Conseil du Paris se soient mobilisés à vos côtés ?

A droite aussi, on se montre trop souvent craintif, donc conciliant, vis-à-vis de la CGT. Être une « grande centrale syndicale », comme on dit, n’autorise pas à faire abstraction du passé ni à ne pas rendre des comptes, dans tous les sens du terme, sur son action. Je vous laisse imaginer les réactions outragées de la gauche, CGT en tête, si un scandale moitié moins important que celui du comité d’entreprise d’EDF géré par la CGT, avait pu être imputé à une organisation proche de la droite !

Source : "Le Cri du Contribuable", http://networkedblogs.com/F5PXT

Vous ne serez pas surpris de voir que la CGT est "normalement" poursuivie en justice pour détournements fonds et abus de biens sociaux depuis plus de 2 ans dans le dossier CCE d'EDF et autres entreprises publiques ... RATP, Air France etc ..., mais sous Hollande et sa Sinistre garde des sots Taubira, la justice se hâte lentement dès lors qu'il s'agisse d'une organisation gauchiste !

Le 23 Novembre 2012

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin - dans Politique
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -