Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 11:24

La bonne vieille stratégie de l'intimidation morale choisie par Hollande peut-elle (encore) marcher ?

Atlantico : La conférence accordée à la presse présidentielle fut l'occasion d'une lourde charge contre la droite, critiquant la dérive "autoritaire" prônée par ceux-ci et se plaçant comme le garant de l'Etat de droit - comme si ses adversaires le mettaient en danger.

Pourquoi est-ce que c'est une tradition historique de la gauche, quand elle n'a plus rien à proposer ou est en situation difficile, de pratiquer une telle intimidation morale concernant la pratique politique ?

Paul-François Paoli : "La droite souffre d'un complexe lié au fait que la gauche lui renvoie sans arrêt - et ce depuis de nombreuses années - Vichy à la figure. Dans les années 1980, Mitterrand a particulièrement excellé dans cette pratique et l'a enseignée à sa famille politique. Très ironiquement d'ailleurs, car c'était lui l'homme de Vichy.

A partir de là, la gauche n'a cessé de faire usage de l'argument massue, qui consiste à dire : "la droite est vichyssoise et nous sommes maintenant les vrais gaullistes", ce qui est un scandale !

La gauche qui avait combattu de Gaulle est désormais prétendument gaulliste et la droite n'arrive pas à sortir de ce cercle de l'intimidation. La droite refuse de lancer ce débat historique aujourd'hui, peut-être parce qu'elle pense que les Français s'en moquent.

Et puis la rhétorique du président de la République est d'une étonnante malhonnêteté pour qui connaît l'histoire de son pays et en particulier l'histoire de la gauche au pouvoir en France.

L'Etat de droit revendiqué comme une valeur sacrale par la gauche n'a jamais empêché celle-ci d'utiliser des méthodes très brutales de gouvernement. Mais François Hollande compte peut-être sur l'inculture politique et historique de son camp, ou son amnésie, pour se refaire une crédibilité.

Quelques rappels historiques : en 1907, c'est le dirigeant radical socialiste vénéré par Manuel Valls, Georges Clemenceau, qui envoie la troupe contre les viticulteurs en grève dans la région du Languedoc.

Un Clémenceau qui ne se vantait pas pour rien d'être "le premier flic de France".

Dans l'entre-deux-guerres, en 1938 sous le gouvernement du radical Daladier, des décrets très sévères ont été votés pour contrôler les étrangers en situation irrégulière en France et ce jusqu'à encourager la délation.

Rappelons d'ailleurs qu'entre 1932 et 1936, ce sont plusieurs centaines de milliers de travailleurs étrangers, notamment polonais et italiens, qui furent renvoyés en train dans leur pays, au nom de la protection de la main d'œuvre nationale.

Des mesures qui furent approuvées par la CGT, alors d'obédience plutôt socialiste. En 1947, c'est le socialiste Ramadier, président du conseil, qui envoie la troupe pour mater une révolte anticoloniale à Madagascar, répression qui fera plusieurs dizaines de milliers de morts. Et en 1955, le garde des Sceaux François Mitterrand a accepté que 45 nationalistes algériens soient guillotinés au nom de la lutte contre le FLN. Mitterrand était loin d'être partisan de l'abolition de la peine de mort à cette époque.

Tous ces faits historiques devraient rendre la gauche de gouvernement plus modeste quand elle admoneste la droite sur ses tentations autoritaires. Et celle-ci devrait peut-être avoir le courage de lui rappeler son passé."

Maxime Tandonnet : Le phénomène de la "gauche morale" n'a rien de nouveau. Il existe une tradition très ancienne en France qui pousse les personnalités politiques dites de gauche à pratiquer l'insulte face à l'adversaire dit de droite. Le président Millerand était qualifié de "chef de la réaction" en 1924 avant d'être poussé à la démission. On se souvient de "Poincaré la haine" ou "l'homme qui riait parmi les tombes", de Tardieu le "fasciste".

Dans son pamphlet "le coup d'Etat permanent" en 1964, Mitterrand traite de Gaulle de "Führer" Quel paradoxe à propos de l'homme du 18 juin et chef de la Résistance ! Mais cette tendance s'aggrave dangereusement. Plus récemment, on se souvient comment Sarkozy et ses ministres furent constamment traînés dans la boue et qualifiés de "réactionnaires"

Lire l'intégralité de l'article sur atlantico.fr

C'est un peu long à lire, mais terriblement décomplexant !

Bref, soyons fiers d'être de droite, et renvoyons la gauche à sa triste histoire, la véritable histoire de la gauche, un Boomerang c'est ça !

C'est comme la repentance, je vous conseille cet article : La repentance de Hollande !

Le 05 août 2016

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin - dans Politique
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -