Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:08

Monsieur le percepteur, pardonnez-moi, mais vous ne recevrez pas mon chèque le 15 de ce mois pour acquitter le solde de mon impôt sur le revenu.

Que voulez-vous mon brave monsieur, je n'ai rien contre vous, mais on m'a diagnostiqué voici quelques mois un bien étrange mal. Je souffre de "phobie administrative".

Il parait que c'est un mal nouveau, mais qui se répand à la vitesse d'un virement bancaire à destination des iles Caïmans, m'a-t-on dit au dispensaire où je fais soigner ce qu'il me reste de dents.

Cette phobie, monsieur le percepteur, fait que vos lettres de relance, vos avis à tiers détenteurs, vos saisies sur salaire risquent de réveiller mon eczéma, aggraver mon asthme et exciter mon ulcère.

Ne m'en veuillez pas : c'est pathologique. Aussi monsieur le percepteur, oubliez-moi. Vous ne vous en porterez pas plus mal, et moi beaucoup mieux. Vous aurez ainsi la satisfaction d'avoir soulagé mon mal et œuvré à ma rémission.

Et vous aussi monsieur mon propriétaire, pardonnez-moi, mais ce mois-ci, je ne vous payerai pas mon loyer, ni les mois suivants, pas plus que les mois précédents d'ailleurs.

C'est que voyez-vous, je souffre "d'amnésie chronique". Tous les 30 du mois, ma mémoire s'efface comme un Télécran.

Je suis incapable de retrouver les clefs de ma voiture - une quoi déjà ? -  pour la déplacer le matin avant de prendre une contravention de plus, que je ne payerai pas plus.

Pas moyen non plus de me souvenir de mon code de carte bancaire quand je déjeune "Chez Françoise", ma cantine. La brave femme, compréhensive, m'a dit de ne pas m'en faire : il y a des tas de gens ravis de payer mes déjeuners pour pouvoir me raconter leurs histoires.

Rassurez vous, je prends bien soin de votre appartement : une gentille femme y vient deux fois par semaine y ranger mes chemises, vider le lave-vaisselle et passer l'aspirateur. Une admiratrice, mieux, une bienfaitrice.

Quant à vous monsieur le patron de Veolia, je vous le dis tout de go : vous ne pouvez pas me couper l'eau. J'ai ouïe dire que vous aviez envoyé vos fontainiers fermer les robinets dans les commissariats parisiens, au prétexte que l'on aurait oublié de vous régler deux ans de consommation.

Mais je vous le dis tout net : l'eau ne vous appartient pas, elle est à tout le monde ! Aussi cessez de m'importuner, sinon je me verrai contraint de vous dénoncer à mon percepteur. Il a toute ma sympathie.

Et vous tous, buveurs de sang, qui me réclamez de l'argent, de l'argent, de l'argent, encore de l'argent, pour le téléphone ou l'électricité, la cantine des enfants ou le karaté, je vous méprise.

On dirait que dans ce monde, il faut payer pour vivre mais aussi vivre pour payer. Je n'en peux plus, ma phobie se réveille, et ma seule planche de salut est de bien vite jeter tous vos courriers au feu. Gardez-vous que je ne vous y jette au milieu.

"Non mais sans blague ………….. Merde !" (Coluche)

Le 11 septembre 2014

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin - dans Politique
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -