Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 11:28

La gauche vient de se prendre un bon coup de pied au cul.

Ce n'est qu'un début, car si la victoire de la droite s'amplifie, le Sénat suivra à l'automne, il est donc important de rester mobilisés pour dimanche prochain 30 mars 2014.

Maintenant voyons un peu les réactions du PS et de son Gouvernement de Pieds Nickelés.

Il ne fait aucun doute qu'ils sont autistes, et en même temps TOUS atteints de la Maladie d’Alzheimer !

En effet, pour eux ce n'est pas un vote sanction de la politique de Hollande et de ses Soudards, c'est strictement un élection locale pour élire un homme aimé de ses administrés.

En aucun cas la politique du Gouvernement et de son chef de bande Hollande ne saurait être remis en cause !

- C'est faire abstraction de l'immense colère qui gagne le pays,

- C'est faire abstraction de près de 39% d'abstention, principalement des électeurs de gauche qui enfin, je l'espère, ont compris la trahison de Hollande à leur égard !

- C'est faire abstraction du désordre qu'ils ont créé dans le pays, permettant un montée importante du Front National (mais ils en tireront bénéfices au second tour avec les 475 triangulaires).

- C'est faire abstraction de la tribune de Nicolas Sarkozy qui a galvanisé les militants et sympathisants UMP et du Centre !

Oui mesdames et messieurs les socialistes, malgré le détricotage et le magouillage électoral de Valls, les urnes ont parlé ! Vous venez de prendre une déculottée !

Oui mesdames et messieurs les socialistes les français ont exprimé leur ras le bol de vos basses manœuvres politiciennes pour essayer de cacher vos méfaits et forfaitures en lançant vos boules puantes dans les médias contre Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé et en lâchant à leur trousse vos dobermans Médiapart et Le monde en autres ! (voir : la tribune de Nicolas Sarkozy).

Oui mesdames et messieurs les socialistes, vous comptiez sauver les meubles avec Marseille et Paris pour atténuer la défaite électorale annoncée ?

Sans m'avancer, Marseille, malgré les défilés de la quasi totalité des ministres du Gouvernement pour soutenir Menucci, restera à droite, vous avez obtenu l'effet inverse ! La pilule est dure a avaler non ?

Voir : La stratégie du PS à Marseille

Paris, donnée comme acquise d'avance à votre donzelle Hidalgo (jeune retraitée de 51 ans, faut le faire !) n'est pas encore tombée, et vous pourriez peut-être vous contenter de cet os à ronger si par hasard la gauche arrive en tête au second tour !

Mesdames et messieurs les socialistes, vous avez par haine, incompétence et idéologie clivés le pays pour en tirer profit, vous avez ouvert un Boulevard au Front National, sachant qu'il serait votre allié objectif au second tour, vous risquez d'être déçu, votre Front Républicain pourrait bien avoir du plomb dans l'aile !

En effet, mesdames et messieurs les socialistes, dans le secret des isoloirs, des électeurs et sympathisants des deux partis d'opposition pourraient bien mettre un terme à vos manigances et vos agitations de chiffons rouges !

Si vous, mesdames et messieurs les socialistes, trouvez normal, dans votre idéologie sectaire, de vous allier avec l'extrême gauche (bien plus dangereuse que le Front National), les électeurs de droite de toutes tendances pourraient considérer la même situation pour faire échec au totalitarisme de gauche !

J'avoue sans honte que j'ai pris mon pied en voyant les mines sinistres des Belkacem, Hamon, Le Foll (le bien nommé), ZYarault, dont la déclaration n'indiquait nuls regrets ou interrogations, etc.

Mesdames et messieurs les socialistes, ce n'est pas un vote sanction pour le PS et la gauche ? Alors je vais vous rafraichir la mémoire !.

Souvenez-vous des municipales de 2008, un certain Hollande alors 1er secrétaire du parti socialiste déclarait au soir de la défaite de la droite le texte suivant sur le site du PS, intégralement repris :

Municipales 23 mars 2014, 1er tour, alors ?

« 10 mars – Point de presse de François Hollande

Lundi 17 mars 2008 : Point de presse de François Hollande

Les Français, à l’occasion des élections municipales et cantonales, ont exprimé par leur vote une confiance à l’égard de la gauche pour prendre la responsabilité d’une majorité de villes et de départements et une défiance à l’égard de la droite, de l’UMP et du Président de la République par rapport à l’action qui est menée depuis, maintenant, 10 mois.

Les résultats eux-mêmes sont incontestables ; il était d’ailleurs assez risible hier soir d’entendre tel ou tel ténor de la droite dire qu’il n’y avait pas eu de vote sanction, alors même qu’en nombre de villes, en nombre de départements et en nombre de voix, la gauche est majoritaire à la suite du vote des Français.

J’avais moi-même fixé, pour les élections municipales, un objectif de 30 villes. Certains avaient considéré que c’était audacieux, d’autres pensaient que c’était frileux. Je considère que l’objectif est non seulement atteint, mais dépassé. Puisque, par rapport au nombre de villes de + de 20 000 habitants, la gauche gagne 44 villes et, par rapport aux villes de + de 30 000 habitants, la gauche gagne 38 villes. Donc, que l’on raisonne par rapport à 20 000 ou à 30 000 habitants, l’objectif des 30 villes gagnées est plus qu’atteint. Il est bien dépassé.

Ce qui veut dire que sur l’ensemble des villes de France, la gauche –essentiellement sous la direction du Parti socialiste, mais pas exclusivement- est en capacité d’agir dans une large majorité de villes.

Si l’on observe les villes de + de 100 000 habitants –les grandes agglomérations françaises-, le gain est de 9 villes. Il n’y a aucune perte. Ce qui fait qu’à partir d’aujourd’hui, la gauche dirigera 24 des 36 villes de + de 100 000 habitants. Nous avons donc atteint l’objectif pour les élections municipales, quelle que soit la taille des villes, quelle que soit leur localisation. De ce point de vue, le résultat est à la fois local et national car il traduit un mouvement d’ensemble.

En regardant le résultat des élections cantonales, on constate que la gauche est en capacité de gagner 10 conseils généraux –mais nous en connaîtrons exactement le nombre à l’occasion des votes qui interviendront jeudi.

Jamais il n’y a eu en un seul renouvellement une telle poussée. Jamais la gauche n’a été en situation de diriger 60 conseils généraux depuis les lois de décentralisation de 1982. C’est un niveau sans précédent.

Enfin, au-delà des villes, au-delà des départements, si l’on regarde le suffrage lui-même –ce qui en démocratie est le verdict absolu-, la gauche fait dans ces élections municipales et cantonales à peu près 51 % des voix –un peu plus pour les élections cantonales, un petit peu moins pour les élections municipales compte tenu d’ailleurs de la nature des scrutins.

Je constate donc que le succès est là. Il ne peut être nié, limité, amputé. Dans une démocratie, à un moment, quand les Français eux-mêmes se sont exprimés, il y a de l’honneur à reconnaître qui a gagné, qui a perdu. C’est d’autant plus facile que ce sont les Français qui ont remporté cette victoire ; c’est pour eux qu’avec la gauche il y aura des avancées significatives pour le logement, pour le transport, pour la petite enfance, pour l’environnement… Bref, nous sommes obligés par ce scrutin.

Il s’est produit un phénomène qui, souvent dans les élections, est relevé : le second tour a non seulement confirmé le premier, mais l’a amplifié. C’est très différent des élections législatives de l’année dernière où il y avait eu là une correction. Si je puis dire, cette fois-ci il y a eu une confirmation pour adresser une correction.

C’est une victoire collective que celle qui a été remportée à l’occasion des élections municipales et cantonales. D’abord parce que ce sont des équipes locales qui se sont présentées au suffrage. Ensuite, parce que c’est l’ensemble du Parti socialiste, ses personnalités, ses responsables qui se sont mobilisés à l’occasion de ce scrutin.

Enfin, c’est une victoire collective de la gauche et pas simplement du Parti socialiste. Ce résultat est le produit d’une stratégie : celle du rassemblement de la gauche au premier tour et de tous ceux qui étaient en accord avec nos principes, nos règles, nos projets au second tour. Cette méthode, cette démarche que j’ai voulue, ne vaut pas simplement pour les élections municipales et cantonales, mais pour tous les autres scrutins et notamment pour les élections nationales. Il faut d’abord rassembler au premier tour et rassembler à un haut niveau. C’est la dynamique de premier tour qui produit le rassemblement au second tour. Et le rassemblement au second tour se fait autour du projet, des alliances qui ont été conclues et dans une clarté par rapport à l’objectif, celle de l’opposition à Nicolas Sarkozy pour ces élections.

Il nous faut insister sur la portée nationale du scrutin. Certes, ce sont des élections municipales et cantonales. Et il y aura autant de portées du scrutin qu’il y a finalement de villes et de départements. Mais, l’agrégation des résultats, le mouvement qui s’est produit, la force avec laquelle les Français ont exprimé et la confiance vis-à-vis de la gauche pour diriger les villes et les départements et la défiance vis-à-vis de la droite par rapport à la politique qui a été conduite emportent deux conclusions :

• La gauche : elle sort renforcée, certes dans l’opposition qu’elle doit construire face à la présidence de la République et au gouvernement, mais aussi dans son niveau de responsabilités. Nous sommes aujourd’hui en situation de diriger une majorité de villes, d’agglomérations, de départements, la quasi-totalité des régions. Dans une certaine mesure, la gauche exerce une part du pouvoir et elle ne peut pas se dérober. Elle ne peut pas être spectatrice des choix qui vont se faire dans les prochains mois.

Certes, elle ne peut pas être un pouvoir concurrent du Président de la République ou du gouvernement. Certes, elle ne peut pas prendre l’initiative sur des champs qui ne sont pas les siens (la politique salariale, la politique des retraites, la protection sociale) ; il y aurait d’ailleurs un danger de confusion si elle se mettait à prétendre pouvoir agir là où elle n’a pas compétence. Mais, en revanche, partout où la gauche pourra utiliser les compétences dévolues par les lois de décentralisation –y compris en matière sociale, en matière d’éducation, en matière de logement, en matière de formation, en matière aussi de lutte contre les inégalités territoriales- il faut qu’elle aille jusqu’au bout de ses compétences, de ses droits, de ses attributions et des moyens financiers qui correspondent aux compétences dont elle a la charge.

Nous sommes en responsabilité d’une grande partie de nos territoires et nous devons être à la hauteur des attentes qui ont été portées sur nous, y compris même sur le sujet du pouvoir d’achat. Nous nous engageons, dans toutes nos politiques, à maîtriser nos tarifs, maîtriser les prélèvements, agir pour alléger les charges qui pèsent sur les familles pour la garde des enfants, pour l’accompagnement au domicile des personnes âgées, pour la réussite éducative, pour les transports, pour le logement. Nous ferons en sorte que le pouvoir d’achat des Français soit préservé chaque fois que nous interviendrons.

Il y a aussi de la part du Parti socialiste la nécessité, après ce scrutin, de poursuivre la rénovation qui a été engagée, d’aller jusqu’au bout de la clarification de nos idées, de nos pratiques, de nos règles de fonctionnement et d’amplifier encore le mouvement vers le rassemblement de la gauche, condition indispensable pour ses succès futurs. Il y aura donc, lors d’un conseil national le 25 mars prochain, une décision qui sera prise quant au calendrier de nos travaux, au rythme qui sera donné à la rénovation et au processus que j’ai moi-même engagé et qui se conclura nécessairement par le congrès.

Nous considérons que le succès d’hier n’est pas un frein à la rénovation du PS, mais au contraire un aiguillon, un stimulant. Nous avons maintenant besoin de porter un projet collectif qui puisse être travaillé au sein du Parti socialiste, mais avec toute la gauche et les citoyens. De la même manière, tout ce que nous allons engager au plan local servira à la construction de l’alternative. Je suis fier d’être le parti qui gagne les élections locales, mais je suis conscient que cela doit être un levier et non une fin en soi.

• La portée nationale du scrutin : Elle concerne le Président de la République, le gouvernement et la majorité. Rarement un Président de la République, après de 10 mois aux responsabilités, n’aura connu d’échec plus cinglant, déconvenue plus grande, défiance plus affirmée. Il n’y a d’ailleurs aucun précédent d’une telle défaite.

Le Président de la République avait dit qu’il entendrait le message des Français. Maintenant, nous voulons entendre le Président de la République. Car, il y a eu un message : il suppose que l’on comprenne ce qu’est la frustration de beaucoup de nos concitoyens par rapport aux promesses non tenues en matière de pouvoir d’achat. Ce message est aussi celui du rappel, au Président de la République, à son gouvernement, des valeurs républicaines –et notamment de la laïcité. Ce message est aussi celui de l’exigence de justice sociale, surtout à la veille de décisions importantes sur le plan économique et social dans le contexte que l’on sait.

J’adresse, au nom même du Parti socialiste, deux exigences au pouvoir :

La première est un remaniement du Président de la République lui-même et de sa politique ; cela vaut pour le comportement, mais cela vaut surtout pour la politique telle qu’elle est menée.

La deuxième demande est pour une revalorisation immédiate des petites retraites et des salaires.

Pour les petites retraites, il faut maintenant qu’il y ait une augmentation des pensions de réversion, du minimum vieillesse et, d’une manière générale, du taux de remplacement.

Il faut aussi une revalorisation des salaires. Je demande une anticipation de la revalorisation du SMIC dès le mois prochain.

Mais, plus largement, pour prendre toute la mesure et du vote qui vient de s’exprimer et de la situation économique et sociale, comme des décisions qui doivent être prise, je demande au Premier ministre qu’un débat sur les questions économiques, financières et budgétaires soit ouvert dès la reprise des travaux du Parlement et que, notamment sur les mesures qui doivent concerner le pouvoir d’achat, il puisse y avoir la confrontation des propositions du Premier ministre et du gouvernement et celles de l’opposition.

Le scrutin de dimanche doit donc être utile pour les Français qui doivent être accompagnés dans leur vie quotidienne par des villes et des départements qui eux-mêmes doivent porter des valeurs de progrès et utile pour le pays si le gouvernement et le Président de la République en tirent les conclusions les plus évidentes.

Cet article a été publié le Lundi 17 mars 2008 à 13:26

Dimanche 30 mars 2014, VOTEZ EN MASSE pour les listes de droite, afin de sortir les maires socialistes des mairies de France !

Le 24 mars 2014

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin - dans Politique
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -