Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Coups de gueule !
  • Coups de gueule !
  • : Mes coups de gueule sur l'actualité la politique et les faits de société ! Mon opinion et mes points de vue sur les sujets d'actualités ! Mais aussi divers textes pour vous et me divertir !
  • Contact

Recherche

3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 18:20

C'était le 02 février 2008 …

Leur folie des grandeurs nous coûte des fortunes !

Hôtels de Régions pharaoniques, réceptions et dépenses de communication somptuaires, tramways les plus chers du monde... A deux mois des élections régionales, un livre édifiant, «Régions, le grand gaspi» de Robert Colonna d'Istria et Yvan Stefanovitch, dresse le bilan de l'utilisation par les élus de l'argent des contribuables.

Extraits exclusifs :

3) Très chères dépenses de communication :

Potentats locaux, les présidents de conseils régionaux restent souvent des inconnus pour leurs électeurs et plus encore pour l'ensemble des Français. Certains d'entre eux rêvent pourtant à un destin national. Pour se faire connaître, une seule solution : investir massivement dans la communication. Sondages, réceptions, logos, journaux... tout y passe. Et, là aussi, les sommes dépensées font souvent tourner la tête.

La Picardie est d'abord équipée - comme bon nombre de ses consœurs - d'une belle revue mensuelle, sur papier glacé, Agir en Picardie, distribuée gratuitement dans 810 000 foyers de la Région. Sa fabrication coûte plus de 1,2 million d'euros chaque année, sans parler de sa réalisation, ni du prix de sa distribution. Comme si un conseil régional avait à se transformer en entreprise de presse !

La Région a ensuite tenu à se munir d'une chaîne de télévision. Sans doute estimait-elle France 3 trop peu disponible pour parler d'elle, ou trop peu encline à cirer les pompes des conseillers régionaux... Cette dernière venue dans le PAF (paysage audiovisuel français) coûte la bagatelle de 2 millions d'euros au contribuable picard, somme dont on peut prédire qu'elle est purement et simplement jetée par les fenêtres. (...)

C'est ainsi, par exemple, que l'inévitable Georges Frêche, président divers gauche de la Région Languedoc-Roussillon, a récemment commandé un sondage pour savoir comment il était perçu par la population. Coût pour l'administré ? Une bagatelle : 85 000 euros. Le plus admirable dans l'affaire est que, pour ce prix, les administrés ont même eu le droit de savoir ce qu'ils pensaient du président de leur Région : 40 % d'entre eux, assurent les sondeurs, estiment que Georges Frêche est la personnalité qui incarne le mieux la Région, loin devant les regrettés Georges Brassens (6 %) et Jean Moulin (4 %). 85 000 euros qu'on est allé prendre dans la poche des contribuables pour ces enfantillages ! Et cela sans le moindre sentiment de honte ! (...)

Le nom de la Région Rhône-Alpes comportait un trait d'union, entre Rhône et Alpes. C'était insupportable. Cela torpillait, paraît-il, la dimension « fusionnelle » du territoire ! Il fallait réagir. Vite.

C'est ce qu'a fait le député PS Jean-Jacques Queyranne, peu de jours après son élection à la présidence de la Région en 2004. Il a envoyé le vieux logo aux oubliettes (cette « antiquité » datait de 2001 !), et en a commandé un tout neuf en prescrivant bien à l'agence de communication chargée de cette noble mission d'«avoir la peau» du trait d'union. Le résultat est très seyant.

Pour exprimer le «dynamisme du conseil régional», on a choisi pour la composition des lettres un léger italique et une nouvelle teinte, prune, «contemporaine, chaleureuse et sensuelle», sélectionnée pour «symboliser la créativité, la force et la souplesse... avec une rondeur qui exprime une région solidaire», indique l'entourage du président au magazine Capital, qui dans son numéro de juillet 2008 précise à son tour : «La conception de cette petite chose est revenue à 73 000 euros. La campagne de communication lancée pour célébrer sa naissance a coûté 850 000 euros. Le remplacement de l'ancien logo sur les wagons de TER et sur le fronton des lycées a mobilisé au bas mot 300 000 euros. Au total, la région Rhône-Alpes (ou Rhône Alpes ?) aura donc dépensé 1,3 million d'euros pour se refaire une virginité visuelle» (...)

Selon la commission d'enquête sur la fiscalité locale, désignée en 2005 par l'Assemblée nationale (président : Augustin Bonrepaux, PS ; rapporteur : Hervé Mariton, UMP), les budgets de communication ont, en un an, augmenté de 176 % en Bourgogne, 126 % en Auvergne, 71 % en Picardie, 57 % en Rhône-Alpes, etc. En Ile-de-France, les dépenses de communication sont passées en dix ans, de 1998 à 2008, de 4,8 à plus de 15 millions d'euros, soit une multiplication par plus de trois.

Encore faut-il souligner que beaucoup de dépenses de communication ne sont pas individualisées en tant que telles, mais se dissimulent à l'intérieur d'autres chapitres budgétaires (action internationale, culture, action sociale, etc.). (...)

Ce ne sont, bien sur, que quelques extraits …

*«Régions, le grand gaspi», de Robert Colonna d'Istria et Yvan Stefanovitch.

Le 28 juin 2013

Partager cet article

Repost 0
falempin Falempin
commenter cet article

Commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -